cabiac sur terre
(2011 - CD digipack avec livret)
pour lire les textes, cliquez sur le titre

cabiac sur terre 5'11
dire qu'on a marché sur la lune 4'49
jusqu'au bout de nos rêves 2'28
frontières 3'15
la pâte à gaufres 3'34
c'est comme le bonheur 3'28
sourde oreille 2'59
variations sur le verbe donner 2'35
prière iconoclaste 3'24
évidence 3'30
la gaspésie 2'50
les soirs d'été 4'24
ode aux amoureux 2'22
avec des si 3'25

paroles et musique : jofroi
sauf
évidence : françois béranger / lalo zanelli
la gaspésie : félix leclerc
les soirs d'été : jean-pierre chabrol / jofroi

arrangements, piano, flûtes, claviers, voix : Line Adam
guitares - Pascal Chardome
accordéon - Didier Ithursarry
percussions - Fred Malempré
clarinettes - Kurt Budé
violon - Yves Teicher

pour commander,
cliquer ici >
Citoyen de l’univers, j’ai posé mon sac sur cette terre que j’ai choisie pour mienne… Repaire… refuge… qui ne m’empêche pas d’observer et partager les douleurs du monde.
De me révolter devant le cynisme, le mépris, la désinvolture qu’ont certains à jouer avec le feu et l’avenir.
De m’indigner devant le déni, l’indifférence et les souffrances qu’ils infligent aux humains, hommes, femmes et enfants, à la terre, à l’eau, à l’air et à tous ses habitants, graines, plantes, arbres, insectes, oiseaux, poissons, mammifères. Ce sont les mêmes qui ont exterminé des peuples entiers, pour faire main basse sur leurs territoires et les richesses des sols et des sous-sols. Leur conscience est glaciale et dicte le bien et le mal au nom de Dieu, de la Loi, de la Vérité et de la Propriété.
Y a-t-il une limite à leur soif de pouvoir et de possession ? Sommes-nous innocents, nous qui allons sagement poser nos petites économies dans le secret de leur coffres en espérant récolter quelques miettes de ce gâteau empoisonné ? Savons-nous que tout au bout, cela produit
des armes, des graines atrophiées, des vaches folles, des déchets nucléaires, des enfants affamés et des gens sans travail ? Sommes-nous condamnés à nous écraser devant la rentabilité, la compétition, le succès et la victoire des vaniteux, des petits chefs, des puissants ou de tout ceux qui voudraient tant l’être ? Sommes-nous obligés de nous taire devant la peur que l’on veut nous coller à l’échine, peur de l’autre, peur de l’errance, de l’inconnu, peur de perdre... perdre quoi ? Ils ont peur de la mort tout autant que nous, et ils la flambent à coups de bombes ou de torchères de pétrole.
Alors qu’il y a la vie ! Alors qu’il y a tant à s’émerveiller, partager, donner, recevoir. Tant de regards, de sourires, de poignées de main généreuses, d’épaules solides, d’instants de bonheur, de caresses douces et de fragilités magnifiques. Tant d’amours, d’espoirs et de rêves bons et fous… Rester debout, vivre autrement, cette vision du monde que je me suis forgée, optimiste envers et contre tout, je la dois en partie à quelques rencontres indélébiles. Ma maman, tout d’abord, qui faisait tellement bien la pâte à gaufres… Puis dès le début des années 70, quand j’écrivais mes premières chansons, les pères nourriciers que furent Félix Leclerc, François Béranger et Jean-Pierre Chabrol. C’est la raison de leur présence ici et ma manière de leur dire merci...

prise de son, mixage et mastering
colin burton - omp studio
photos : charlotte plissart
maquette : les ateliers de victor
distribution EPM / SOCADISC

 

retour
boutique

retour
site